Un tour du monde avec Christelle Alias ?

 

On embarque cette semaine avec un autre partenaire vigneron :  Christelle Alias

J’ai vu sur ton site que tu avais fait un tour du monde des vinifications ?

Ouai, c’est gentil mais un peu abusé (rire), non j’ai fait un voyage en Australie après mes études (pour le fun) après mon master en communication. (A la base, quand j’avais 15/16 ans, je ne voulais pas travailler au domaine, dans le vin. Je voyais toute la difficulté du truc et ça ne m’attirait pas plus que ça). Je n’ai pas bossé dans le vin en Australie, mais j’ai pris la décision de travaillé dans le vin là-bas. Ensuite je suis rentrée en France pour faire ma licence dans le vin et j’ai travaillé dans les Corbières (mais toujours pas au domaine familial). Et après ça je suis partie en Nouvelle Zélande pour faire les vinifs ! Quand même, j’ai fait des vinif à l’étranger 😉

Et après ?

Après je suis rentrée au domaine et j’ai commencé à y travailler et out est allé très vite, beaucoup de travail, on ne voit plus le temps passer et je n’ai plus vraiment eu le choix ! mais je suis épanouie aujourd’hui ! Rien à voir avec les gros domaines industriels dans lesquels je bossais avant

Comment vois-tu le travail du vin aujourd’hui ?

Je pense qu’on est dans une période intéressante ; la génération de nos parents é été très induite par l’oncologie. Nous, notre génération casse bien les codes ! alors parfois elle fracasse tout (rire) mais c’est très ouvert ! y’a des réussites mais aussi des raté (rire) mais il faut essayer ! Je veux faire des vins qui soit accessibles à tout le monde, je veux qu’une personne qui n’est pas amateur de vin, qui n’a pas forcément la sensibilité au vin puisse boire et se dire « ça me plait ». Je veux qu’ils prennent juste du plaisir et qu’il ne se demande pas ce qui se passe derrière ! du vin pour tout le monde !

Ton vin préféré dans ta gamme ? 

Les mains sur les hanches ! on montre notre terroir caractéristique, avec beaucoup d’originalité. D’ailleurs on change l’étiquette, elle sera hyper canon ! J’adore aussi le Pinot dans la cuvée Rébellion, mais je ne peux pas faire que ça, il n’y a pas le coté tradition. Après je ne suis pas sûr que le Pinot soit fait pour ce terroir, tandis que les Grenaches varient énormément d’une parcelle à l’autre, c’est hyper intéressant. 

J’ai aussi vu que tu étais la première femme à travailler au domaine, c’est vrai ?

Non, du tout, mais je suis la première femme assumée (rire). Ma mère y travaille aussi et est très importante dans l’histoire du domaine. Par contre j’appartiens à la première génération qui revendique que je suis une femme

Nous, on ressent que c’est un domaine de femme, avec une touche féminine

C’est vrai, tout le monde me le dit ! Je pense que les étiquette y joue pour beaucoup. Après j’aime le style frais des vins, mais je ne sais pas s’il y a un lien. Ça serait intéressant qu’on fasse une étude avec une dégustation de vins fait par des hommes versus des vins fait par des femmes, on verrait si des vins sont plus féminin que d’autre et si le fait d’être une nana a une influence ! Après, indéniablement, le vigneron est dans la bouteille.