Rencontre avec Dominik Benz

L’équipe 75 cl est allée à la rencontre de Dominik Benz, un de nos vignerons partenaires, et a voulu en savoir plus sur son parcours, et son approche vis-à-vis de l’agriculture biologique.

Raconte-moi ton parcours Dominik

J’étais informaticien, je travaillais pour les banques suisses. Très compliqué de devenir vigneron en suisse. J’ai fait une formation viticole. Je voulais monter un domaine en Italie ou en France. J’ai travaillé dans la région viticole de Grison où j’ai fait mes armes pendant 2 ans. Ensuite j’ai travaillé dans une station de recherche en suisse toujours (l’équivalent de l’Inra).

Pourquoi l’Ariège ?

Je suis allé visiter un domaine avec ma femme en Toscane, mais ça ne convenait pas… Finalement, par un ami de ma mère, j’ai rencontré un vigneron en Ariège. On m’a proposé de prendre des parcelles en fermage. Je suis donc arrivé en France en 2013, sans matériel viticole, sans installation (un peu à l’arrache) pour m’occuper de ces 6ha. Aujourd’hui je cultive 16ha. L’Ariège me rappelle la suisse car il y a plusieurs vignerons suisses dans la vallée. Les paysages de montagne me rappelle la suisse aussi. Aujourd’hui le domaine évolue encore. Ici je suis bien, c’est plus tranquille, les gens sont sympas, avenants, généreux. Par contre l’état me taxe trop, les cotisations sont énormes !

Ton rapport à l’agriculture biologique :

Ma femme et moi sommes convaincus que ce n’est pas l’avenir d’avoir des modes de cultures autour des produits chimiques, du glyphosate, c’est dégueulasse. Je traite le minimum possible. Ce qui est dur dans cette région, et demande beaucoup plus de travaille. Je ne comprends pas que l’état autorise encore des modes de cultures utilisant ces produits chimiques. Ce n’est pas l’esprit du vin. J’entends beaucoup de gens me dire qu’ils consomment des légumes bio, en circuits courts etc… mais ces mêmes personnes achètent du vin au super marché… quand je leur demande pourquoi ils me répondent « ba oui mais le pinard je m’en fou, c’est pas pareil… » le vin est un produit au même titre qu’une courgette, les produits chimiques sont présents s’ils ont été utilisés en culture. Pour moi, ceux qui ne font pas du bio ou qui ne sont pas raisonnés se casseront la gueule s’ils ne respectent pas l’environnement et la santé des gens.

Et la gastronomie ? SI tu aimes le vin tu aimes bien manger non ?

Oui ! Je fais des vins qui demandent une cuisine ! D’une manière générale ce sont des vins corsés, des vins de repas. Ce ne sont pas des vins que tu vas boire l’aprem avec des cacahuètes 😊. Après, ce sont des vins qui demande de la viande, de la sauce, de la gastronomie ! Il faut envoyer en cuisine donc !